L'étape INDISPENSABLE pour que l'heure des devoirs ne rime plus avec désespoir, et devienne un moment plus Agréable...

Mamans
15 Août 2018
0

"Si je pouvais l'aider comme j'aurais souhaité l'être...je ferais autre chose aujourd'hui..."

"Je souhaite le meilleur pour mon enfant."

"Je dois l'aider pour qu'il suive le modèle de la famille..."

"Je souhaite l'aider comme je l'ai été."

 

La plupart du temps c'est un appel..un appel au secours plein d'espoir ou de désespoir pour sauver son propre enfant, lui éviter de ressentir un mal profond...le mal de l'école.

C'est comme un appel un peu tardif...pour comprendre à posteriori l'élève que nous avons été et mener le nôtre sur un chemin moins difficile, plus abouti, plus linéaire…

 

C'est parfois juste un héritage, une ligne directrice familiale qui n'accepte aucun autre schéma que celui de la réussite scolaire...

Autant de questionnements liés à notre condition de parent autour de l'enfant que nous avons rêvé, l'enfant que nous avons imaginé à l'avance.

Suis-je un parent suffisamment "aimant", "aidant", "accompagnant"?

Parmi les innombrables casquettes que vous revêtez depuis la mise au monde de votre enfant, celle de "parent/professeur" est probablement celle qui véhicule le plus de petits/lourds tracas au quotidien! Et TOUS les parents vivent ces difficultés!

 

Votre enfant est un apprenant, un chercheur depuis sa naissance! Il a en effet APPRIS à marcher, parler, faire du vélo, utiliser une cuillère correctement...Dans tous ces domaines vous étiez déjà dans la posture du "professeur" ou au moins de "l'éducateur" qui accompagne, soutient, encourage, aide et montre le chemin des apprentissages.

Pour éclairer ce chemin chaque jour un peu plus, il faudra accepter de puiser au fond de vous des réponses honnêtes à vos questions. Accepter de vous dévoiler avant même d'envisager cette relation d'aide. Lorsque vous serez prêtes, non seulement vous détiendrez les principales clés pour aider votre enfant sur le chemin de ses études, mais vous aurez gagné plus encore...celles de votre propre chemin.

 

La toute première question à vous poser est donc celle-ci : "Pour quelle(s) raison(s) aider mon enfant scolairement?"

Il n'y a pas de réponse juste ou fausse. Nous ne sommes pas dans la pédagogie de la bonne réponse car il n'y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Il y a votre réponse qui ne ressemblera à aucune autre puisqu'elle est intrinsèquement liée à votre histoire personnelle.

 

Quelques pistes cependant peuvent vous aider dans cette réflexion...

 

"Pour qu'il puisse choisir plus tard ce qu'il veut faire de sa vie?"

 

"Pour que mon enfant se sente bien à l'école au quotidien?"

 

"Pour qu'il ait un "bon métier"? : Là où, pour certains, un "bon métier" est un métier qui laisse du temps pour vivre des passions, pour d'autres, cela signifie gagner de l'argent, pour d'autres cela serait de vivre un métier passionnant sans temps libre...et pour d'autres, enfin, avoir des horaires aménagés..."

 

"Pour qu'il ne subisse pas ce que j'ai subi ou ce que je subis encore?"

 

"Pour qu'IL "brille" en société?"

 

"Pour que "JE" brille en société?"

 

"Pour qu'il soit "bien vu" par les autres?" Par qui? Enseignants? Camarades? Famille? Pour qu'il soit populaire? Pour qu'il ne soit pas critiqué?"

Aucune de ces raisons (et la liste est loin d'être exhaustive) n'est bonne ou mauvaise! Si l'une d'elles vous paraît désagréable à concevoir, vous rebute ou vous fait sourire, pensez qu'elle est peut-être celle qui poussait vos propres parents à vous aider.

 

La différence entre ces motivations réside dans l'histoire personnelle, affective, relationnelle de chacun. Elle impacte fortement notre entourage et il faut l'accepter. La conscientiser (c'est-à-dire en prendre conscience) et la verbaliser un peu plus chaque fois, permettra de la rendre plus transparente aux yeux de l'être aimé...afin de construire, pour lui, avec lui, un "projet" d'apprenant plus clair.

 

L'essence même de l'aide ne réside donc pas seulement dans celle apportée, mais bien dans les raisons pour lesquelles on va la lui apporter.

Nous devrions alors commencer par s’adresser à notre “enfant-apprenant” non pas en terme de “Voilà comment je vais t’aider” mais “Voilà pour quelles raisons je voudrais que tu me laisses t’aider”.

 

 

Cela pourrait commencer par une belle histoire que l’on raconterait régulièrement à son enfant le soir lorsqu’il est tout petit… puis au rythme de ses passages d’une classe à une autre, d’année en année, juste avant de l’accompagner dans ses devoirs. Ou bien si votre enfant est grand, présentez cette nouvelle manière de faire en engageant une discussion autour de ce nouveau projet de mise au travail lorsque vous et votre enfant êtes en mesure d’avoir un moment entre vous, pour préparer le terrain d’une nouvelle manière de faire pour que chacun se sente bien…

 

Par exemple :

 

“Écoute attentivement, je vais te raconter pour quelles raisons il est important pour moi de t’aider… Je vais te raconter tout d’abord, l’enfant que j’ai été, l’adulte que je suis et tu comprendras peut-être pourquoi je ne t’abandonnerai jamais sur le chemin de tes apprentissages…”

 

Pour aller plus loin je vous invite à télécharger mon Ebook pour découvrir LA CLE pour enfin comprendre comment accompagner votre enfant vers la réussite scolaire. Je vous conseille vivement l'ouvrage "Mon enfant réussit à l'école" de yael Blaise hériteau dont cet article est un extrait.

 

Et vous chères Mamans, quel est le plus difficile pour vous à l’heure des devoirs?

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou partager cet article à d'autres Mamans si vous pensez que cela pourrait les aider :)

 

Au plaisir de vous lire et de vous soutenir!

Commentaires

@